Jim Morrison

Qui est Jim Morrison ?

Date de naissance : 8 décembre 1943.
Date du décès : 3 juillet 1971.
Activité principale : Chanteur des Doors, aussi poète, cinéaste.
Nom de naissance : James Douglas Morrison.
Signe : Cancer.

Localisez la tombe de Jim Morrison sur la carte :

> Division n° 6 <<

Vue à 360° près de sa tombe :

 

Biographie

Cofondateur du groupe The Doors, chanteur et poète, Jim Morrison est l’une des rockstars les plus légendaires de l’histoire de la musique. Bête de scène au charisme mystique, il est devenu en quelques années une icône de la jeunesse contestataire. Mort à Paris à seulement 27 ans, Jim Morrison est enterré au Père-Lachaise, où sa tombe est probablement la plus visitée.

Pour les fans voici une sélection de T-shirt :

et voici d’autres T-shirt à consulter ici

Jim Morrison : une jeunesse rebelle au sein d’une famille stricte

James Douglas Morrison est né le 8 décembre 1943 à Melbourne, en Floride (Etats-Unis). Son père était un haut gradé de l’US Navy et sa mère était mère au foyer. Sa famille lui donnera une éducation très stricte, parfois trop, ce qui l’amènera à développer une relation contestataire à l’autorité.

Une personnalité brillante et atypique

Petit, Jim Morrison s’affirme comme un enfant aux nombreux talents. Grand lecteur, il dévore les auteurs, rédige ses propres textes et créée des dessins d’une rare maturité. Il aura une enfance instable, déménageant fréquemment au gré des affectations de son père.

Adolescent, il continue de s’instruire auprès d’auteurs comme Allen Ginsberg, William Blake, Arthur Rimbaud ou James Joyce. Découvrant la liberté, refusant les conventions, il se rebelle de plus en plus contre l’autorité de ses parents ou de ses professeurs.

Déménagement à Los Angeles pour les études

Après le lycée, Jim Morrison commence par étudier la philosophie et la psychologie en Floride. Il s’y révèle un excellent élève, soutenant le débat face à des professeurs bluffés, devant des élèves médusés.

Il choisit alors de se tourner vers le cinéma : l’Université de Los Angeles (UCLA) vient de créer un nouveau cursus dans ce domaine. A seulement 20 ans, Jim Morrison déménage seul jusqu’en Californie. C’est un mouvement décisif : c’est sur la côte ouest qu’il rencontrera les membres du groupe The Doors, avec qui il connaîtra un succès mondial.

En Californie, la nouvelle vie de Jim Morrison

Le déménagement vers Los Angeles marque aussi la rupture avec sa famille, qu’il ne reverra plus au cours de sa courte carrière. S’il souhaitait au début prendre ses distances avec une éducation stricte, il évitera ensuite de les contacter pour les protéger de l’attention des médias qu’il aura du mal à gérer lui-même.

En marge de l’Université, Jim Morrison écrit des paroles et découvre la vie dans le Los Angeles des années 60. A cette époque, en Californie, la jeunesse contestataire commence à prendre forme, dans un élan qui aboutira au mouvement hippie et à la contestation de la guerre du Vietnam.

The Doors, naissance d’une légende du rock

En 1965, Jim Morrison obtient son diplôme de cinéma. La même année, il fonde le groupe The Doors avec trois musiciens rencontrés sur les campus : Ray Manzarek à l’orgue et à la basse ; Robbie Krieger à la guitare et John Desmore à la batterie.

Des débuts remarqués sur les scènes de Los Angeles

Le nom The Doors a été emprunté à un poème de William Blake. Il fait référence aux portes de la perception qui permettent d’accéder à un nouveau niveau de conscience. Comme Jim Morrison le racontera en interview : « entre l’univers du connu et celui de l’inconnu, il y a The Doors ».

Le groupe The Doors se fait vite remarquer dans une scène rock de Los Angeles fourmillante de talents. C’est en grande partie le fait de Jim Morrison, dont la présence sur scène frappe les esprits. Voix de baryton, pantalons moulants, déhanchements sauvages qui électrisent les fans : une légende est née.

The Doors est rapidement signé par la maison de disque Elektra, qui leur permettra d’enregistrer leur premier disque.

« Light my fire », succès planétaire pour The Doors

En 1967, le groupe sort The Doors, album éponyme au style novateur. Ils y dévoilent une musique totalement novatrice pour l’époque, melting-pot psychédélique de rock, de jazz, de pop, de folk et de blues, emmené par un Jim Morrison au sommet de son art.

Si le premier single, « break on through (to the other side) », se fait remarquer, le second (« Light my fire ») va les propulser sur le devant de la scène mondiale. La chanson atteint la première place des charts dans de nombreux pays.

Déjà, Jim Morrison attire les projecteurs sur lui et le groupe par sa personnalité atypique, son goût pour la provocation et son aura mystique.

Avec The Doors, 4 ans au firmament du rock mondial

Avec les Doors, Jim Morrison vivra une courte carrière émaillée de nombreux albums à succès. Dans la foulée du premier album sort un deuxième, Strange Days (1967), qui contient les titres Love me two times ou People are strange.

Ce sera ensuite au tour d’une série prolifique d’albums réussis: Waiting for the sun (1968), The Soft Parade (1969), Morrison Hotel (1970) et Morrison Hotel (1970). De succès en succès, The Doors devient la bande-son de la jeunesse rebelle du monde entier.

Jim Morrison, une bête de scène à l’aura sulfureuse

Face au succès mondial, Jim Morrison a de plus en plus de mal à gérer l’attention des foules et des médias. Il commence à développer une dépendance à l’alcool et aux substances illicites. Pour ne rien arranger, il est souvent dans le collimateur de la police, notamment au cours de concerts sulfureux où il entre en transe sur la scène.

Parmi les concerts qui ont défrayé la chronique, on cite souvent celui de 1967, quand la police locale fit irruption en coulisse à la recherche de stupéfiants. Gazé au spay par un officier, Jim déboula alors sur scène en enflamma le public avec une tirade pleine d’obscénités, avant d’être embarqué dans la confusion générale.

Les derniers moments de Jim Morrison à Paris

Au tournant des années 70, Jim Morrison se détourne de plus en plus de son groupe, The Doors. Il développe alors une œuvre poétique qui résonne encore dans le monde entier.

Au printemps 1971, il décide de s’installer à Paris avec Pamela Courson, sa compagne de toujours. Alors qu’il cherche à s’assagir, il est rattrapé par ses démons et cède aux tentations dans la capitale française. Le 3 juillet 1971, à 27 ans, Jim Morrison est retrouvé mort dans sa baignoire, en plein Paris, dans des circonstances pas totalement élucidées à ce jour.

Jim Morrison fait partie du « club des 27 » qui regroupe des légendes de la musique mortes au même âge, comme Janis Joplin et Jimi Hendrix.

Rockstar, rebelle, ange déchu tombé trop tôt, Jim Morrison échappe à toutes les qualifications. De nombreuses années après sa mort, il fait l’objet d’une fascination auprès de fans venus du monde entier. Aujourd’hui encore, la tombe de Jim Morrison au père Lachaise est l’une des plus vénérées du cimetière parisien.

Pour aller plus loin…

Après les années de gloire, Jim Morrison décide de résider à Paris avec sa compagne Pamela Courson. Nous avons aimé cette page web : sur Vanity Fair qui retrace les derniers moments romantiques et tragiques du couple.

Pour les plus fans qui souhaitent acquérir des Posters du Chanteur, vous pourrez trouver une sélection ici : Posters de Jim Morrison

Jim Morrison n’était pas uniquement le chanteur du groupe légendaire des Doors. Grand lecteur de romans et de poésie, il tournait aussi des films expérimentaux. Ce livre rend compte des différentes facettes de sa personnalité, des réflexions et expérimentations qui ont jalonné son oeuvre. Il contient à la fois des scénarios de cinéma et le Journal parisien, lui-même constitué de notes, de poèmes, de maximes.

Commandez le livre « La nuit Américaine »