Frédéric Chopin

Le premier pianiste moderne

Qui est Frédéric Chopin ?

Date de naissance : 1er mars 1810 (Żelazowa Wola, duché de Varsovie dans l’actuelle Pologne)
Date du décès : 17 octobre 1849 (Paris, France) à 39 ans.
Activité principale : compositeur, pianiste.
Signe : Poisson.

Localisez la tombe de Frédéric Chopin sur la carte :

Division :

Carte en cours de réalisation…

Biographie

Frédéric Chopin fut l’un des plus grands compositeurs de piano, faisant passer son instrument dans une nouvelle ère. Figure de l’Europe postrévolutionnaire, peu d’artistes ont aussi bien incarné le romantisme. Atypique, Chopin aura mené une vie fascinante, au contact des grands de son époque : musiciens, écrivains, peintres, et même souverains, du temps de sa vie à Paris.

Emporté par la tuberculose à seulement 39 ans, Frédéric Chopin nous laisse un répertoire vaste et unique, avec des œuvres à mi-chemin entre l’intime et l’universel. Ses morceaux font parties des plus enregistrés de la musique classique.

Frédéric Chopin, une jeunesse en Pologne

Chopin est né à Zelazowa Wola, près de Varsovie. Si des divergences existent quant à la date exacte, l’histoire officielle a retenu le 1er mars 1810. Son nom de naissance est Fryderyk Franciszek Chopin, écrit à la polonaise bien que son père soit un exilé français, venu de Lorraine pour s’enrichir. Sa mère, issue de la bourgeoisie polonaise, lui donne bientôt ses premières leçons de piano.

Un talent précoce

Frédéric Chopin est le seul garçon d’une fratrie de 4 enfants. À 6 ans, il montre déjà des aptitudes exceptionnelles pour le clavier et reçoit des cours particuliers de piano. Remarqué grâce à ses dons, il se produit en public dès 8 ans.

Au cours de sa jeunesse en Pologne, Frédéric Chopin perfectionne sa technique au conservatoire de Varsovie. Il est notamment formé par plusieurs professeurs illustres : Adalbert  Zywny et Joseph Elsner.

Les voyages de Frédéric Chopin en Europe

À 19 ans, le jeune Frédéric Chopin débute une carrière de musicien concertiste qui lui permettra de visiter une bonne partie de l’Europe, à commencer par Vienne. Dans la rayonnante capitale autrichienne, il impressionne par son talent et sa virtuosité lui ouvre des portes.

Commence alors la vie fascinante de Frédéric Chopin, menant grand train dans une Europe postrévolutionnaire qui vit les grandes heures du romantisme. Il compose sans arrêt et côtoie les plus grands musiciens de son temps : Félix Mendelssohn, Franz Liszt, Friedrich Kalkbrenner, Henriette Sontag, Ferdinand Hiller…

Au long de sa vie, son destin croisera également de nombreuses figures artistiques du 19ème siècle : Honoré de Balzac, Adam Mickiewicz, Eugène Delacroix, Charles Dickens, Lady Byron… Sans oublier George Sand, avec laquelle il aura une relation amoureuse de plusieurs années.

Un héros polonais

Depuis ses pérégrinations européennes, Chopin suit les revers de la jeune nation polonaise, aux prises avec la Russie tsariste. Il se considèrera toujours comme polonais, ce qui suffira à en faire une figure nationale dans son pays natal. Il sera affecté par la mise au pas de la Pologne par la Russie en 1831, année où il s’installe définitivement à Paris.

Le développement d’une oeuvre

De son talent unique poli au contact des maîtres européens et de son ami Franz Liszt, Chopin va créer un grand nombre de compositions. Son style caractéristique est un alliage de ferveur et de mélancolie, comme dans sa 2ème valse en do dièse mineur (opus 64), qui figure à la bande-son de plusieurs films.

Les compositions de Chopin sont décrites par Heinrich Heine comme une rencontre entre la chevaleresque et la souffrance polonaise, l’élégance française et la rêverie allemande. Surtout, ce virtuose libère la musique classique de ses carcans traditionnels, la modernise et développe avec Liszt la notion d’instrument soliste.

1931 : Chopin s’installe à Paris

Fasciné par la capitale française, dont la culture rayonne sur le XIXème siècle, Frédéric Chopin s’y installe définitivement à partir de 1931. Il y occupera 9 résidences différentes, du Boulevard Poissonnière à la place Vendôme.

Stimulé par l’afflux d’aristocrates polonais fuyant l’invasion tsariste, Chopin se fait une place de choix à Paris. La capitale est alors en pleine effervescence romantique : Victor Hugo, Eugène Delacroix et Hector Berlioz en sont les chefs de file, chacun dans sa discipline. Chopin s’intègre dans le monde des salons et vit confortablement de ses leçons de piano.

À Paris, la renommée de Frédéric Chopin atteindra des sommets : il donnera des concerts dans toute l’Europe, et même devant la famille royale. Cependant, contrairement à Franz Liszt, il ne goûte que très peu le tumulte des grands rassemblements. Aux salles de concert, il préfère l’ambiance feutrée des salons, où il donne ses récitals entourés de ses amis et du tout-Paris. Il joue aussi chez Camille Pleyel, qui vient de monter une salle de spectacle.

Une vie privée mouvementée

Frédéric Chopin ne se mariera jamais ; ses fiançailles avec Maria Wodkinska, qu’il connaissait depuis l’enfance, seront annulées sur décision de la famille de cette dernière.

Sa liaison avec George Sand défraye la chronique : les deux célébrités se vouent une admiration réciproque. Entre l’écrivaine reconnue et le compositeur génial, la relation durera une dizaine d’années, de 1837 à 1847.

Frédéric Chopin devra longtemps composer avec une santé fragile. Souffreteux pendant une bonne partie de sa vie, George Sand le surnomma « mon cher malade », puis « mon cher cadavre » quand son état se détériora. Franz Liszt dira de lui qu’« il est passé parmi nous comme un fantôme ». Atteint de tuberculose, Frédéric Chopin meurt à Paris le 17 octobre 1849.

L’héritage de Chopin

Éminemment moderne pour son époque, Chopin inspira toute une lignée de compositeurs, parmi lesquels Gabriel Fauré, Sergueï Rachmaninov, Maurice Ravel ou Claude Debussy.

Son style remarquablement allègre est rendu possible par des silences dans les partitions et une gestuelle souple. Il composa de très nombreux morceaux : des préludes, des valses, des mazurkas, des berceuses, des scherzos… Difficile d’en retenir seulement quelques-uns. S’il fallait citer les plus célèbres, ce serait peut-être ses nocturnes, son trio pour piano en sol mineur (opus 8), ses ballades (opus 23), ou encore sa sonate pour violoncelle en piano et sol mineur (opus 65).

Funérailles et tombe

Après des funérailles à l’église de la Madeleine, Frédéric Chopin est enterré au Père Lachaise. Sa tombe, une des plus célèbres du cimetière parisien, est surmontée d’une statue, œuvre d’Auguste Clésinger (gendre de George Sand).

Pour aller plus loin…

En cours de réalisation…